Agust a quitté l'Islande pour suivre des études de gestion à
Paris, mais il les a rapidement abandonnées pour se
consacrer à sa passion : la musique. A la demande de son
père, Thordur, il accepte de revenir après plusieurs années
dans son pays natal. Accompagné de Françoise, sa fiancée
française, il débarque dans un village coiné entre la mer et les
fjords.
Son père, propriétaire redouté d'une conserverie de poissons
menacé par la politique de nouveaux quotas de pêche, refuse
de voir le monde qui change autour de lui. Le fils aîné de ce
dernier, l'actuel directeur de l'usine, lui conseille de vendre
celle-ci avant qu'il ne soit trop tard. Mais Thordur ne peut
s'y résoudre et souhaite qu'Agust reprenne l'affaire. Lors
d'une soirée où toute la famille est réunie pour parler de
l'avenir, les jalousies vont se révéler, les rancoeurs se
dévoiler et les passions s'embraser...

La filiation avec Festen saute aux yeux. Ici la version
Islandaise reste moins dramatique. les scénes drôles viennent
apporter un penchant aux nombreux conflits familiaux. Les
thémes abordés débordent largement la névrose familiale
pour s'échouer vers le psycho-sociologique à la dimension
de la ville. On a ainsi droit à des développements sur
bruxelles et ses quotas de pêche. Les personnages se
débattent tous avec leurs passés mais aussi avec leur ville
trés isolée du reste du monde. Leur désirs de fuite répond à
une dégénérescence due à une stagnation depuis l'enfance.
L'argent est le nerf de la guerre pour essayer de partir de ce
lieu et relaie la tentative de vendre l'affaire du père pour se
procurer les liquidités nécessaires.
La critique des changements de moeurs ne fait pas dans la
dentelle. Les enfants montrés comme des mangeurs de pizza
,burger et autre coca sans autre but que la télé et les jeux
vidéos. la scéne de l'ados cassant une vitre pour s'introduire
dans le bar dans le but de jouer au jeu vidéo parait
surréaliste. la grand mére éructe sa haine en permanence et
son aigreur sans limite. Autre caricature ,le flic vivieux
poursuivant ses victimes pour obtenir un bout de fesse ou
de seins montre une autorité aussi déjanté que la population.
Plus troublant , le choc des valeurs entre le pére et ses
enfants, lui défendant l'intérêt des emplois et de la ville et ses
enfants souhaitant vendre l'affaire qui n'a pas su s'adapter
aux temps présents.
Seule la francaise, jouée par héléne de fougerolles, amie
d'agust, apporte un peu de sobriété aux déferlements
exécentriques de ce lieu .en effet, elle reste en dehors des
combats et autres hypocrisies et se pose en observateur,
bien qu'elle subisse l'infidélité d'Agust. Car il faut aussi
noter la vie sexuelle débridée de ces hôtes, chacun allant voir
ailleurs ,sexualité batie entre viols, enfants illégitimes et
tromperies permannentes.
film déjanté ,survitaminé mais un peu lourd dans la peinture
des personnages ,chapeau aux acteurs .
patrick (comédie, 20/3/3)