1927, Chicago.
Deux musiciens, Joe (Tony Curtis) et Jerry (Jack Lemon), sont témoins d'un
règlement de compte entre deux clan mafieux. Sans argent et obligés de
quitter la ville pour survivre, ils s'engagent auprès d'une troupe descendant
en Floride. Seulement, uniquement les femmes peuvent être engagées, les
voilà transformés en Joséphine et Daphné. Au milieu de toute ces femmes,
ils doivent résister à leurs instincts primitifs, bien que tous les deux sous le
charme de la sensuelle Alouette (Marilyn Monroe).

Un charmant film en noir et blanc selon le choix de son réalisateur, le noir et
blanc nous renvoyant aux films de gangster des années 20. ce choix donne
une autre dimension au film, il n'y a qu'à regarder la différence entre les
photos noir et blanc ou couleurs du film.
Les gags sont peut être légèrement forcés, les situations cocasses et les rire
francs. On s'attache à la frimousse et la stupidité de Jack Lemon dans la
peau de Daphné, qui devient peu à peu une fille, au point de se fiancer ! On
se régale d'une Marilyn Monroe légère et stupide, qui tombe toujours
amoureuse. Quant à Tony Curtis on se laisse charmer par son jeu de
manipulateur. Le trio d'acteur est parfait à l'écran et les personnages
secondaires sont également pour beaucoup dans l'effet comique du film.

La scène de la " petite " fête improvisée dans la couchette de Daphné reste
celle que je préfère. Il y a une dizaine de filles dans sa couchette en chemise
de nuit et Jerry ne cesse de répéter " j'suis une fille, j'suis une fille ". Il finit
par tirer sur l'alarme, pour ce débarrasser de tout ce petit monde.

loin des produits hollywoodiens, ce chef d'oeuvre de
Billy Wilder est un petit bijoux que l'on se regale à
voir et à revoir!.
Pas la peine d'etre un grand cinéphile pour apprécier
cette histoire qui fut copiée par une série des années 80
(ne dura malheureusement qu'une saison!) et que l'on
retrouve aujourd'hui avec plaisir à Broadway avec Tony
Curtis (Joe/Joséphine) dans le role du Marquis de
Chicago.

steph