Deux hommes se réveillent enchaînés à des
canalisations dans une salle d'eau désaffectée, et au
milieu de la pièce se trouve un cadavre. Ils n'ont aucune
idée de comment ils sont arrivés là et ils ne se
connaissent pas. Ils ne vont pas tarder à découvrir qu'il
s'agit d'un jeu mené par un dangereux psychopathe...
Les règles du jeu sont claires, l'un des deux hommes
doit tuer l'autre en moins de 8 h ou ils mourront tous les
deux. En effet, le tueur fait en sorte de confronter ses
victimes à des choix impossibles. Et ce ne sont pas les
seules (d'autres victimes sont déjà mortes). Un policier
s'implique de plus en plus dans l'affaire afin de
démasquer ce nouveau genre de serial killer...
"Saw" s'inspire de nombreux films ! On ne peut
s'empêcher de penser à "Seven" ou "Usual suspects"
pour ce qui est de l'ingéniosité du tueur. Le climat rendu
met assez vite mal à l'aise. Cela débute au réveil des
deux hommes et durant tout le film on va suivre tous
leurs faits et gestes, parallèlement, on assiste à quelques
flashbacks pour mieux comprendre leur situation et on
observe ce qui se passe à l'extérieur. On apprend
notamment comment ont terminé les précédentes
victimes et qui sont les flics sur l'affaire.
Progressivement, on comprend pourquoi les victimes
ont été choisies et pour quelles raisons elles sont mises
à l'épreuve.
Ce qui est étonnant, c'est qu'il s'agit d'un film à petit
budget et les acteurs ne sont pas très connus (sauf
Danny Glover dans le rôle d'un flic qui perd la tête et
Cary Elwes dans le rôle d'un médecin au comportement
louche). Le film surpasse de nombreuses grosses
productions du même genre, car là au moins il y a un
vrai savoir faire et le scénario est très bien élaboré : on
sombre en même temps que les personnages dans la
folie au fur et à mesure que l'on découvre les indices
laissés par le tueur. Sans oublier les nombreux
rebondissements qui amènent le spectateur à attendre la
suite des événements avec impatience.
La scène finale est vraiment inattendue. A la fin, on se
dit qu'on a assisté à un très bon exercice de style. Il y
manque peut-être la distance d'un vrai metteur en scène
pour que le film atteigne le chef d'oeuvre attendu, car
pour ma part, après avoir quitté la salle, j'ai ressenti
avoir vu un film très ludique (en me disant : "Tiens, telle
scène m'a rappelé "Seven", tiens telle autre m'a rappelé
un épisode de la 4e dimension, etc.). Bref, une série B,
qui présage un avenir brillant au scénariste James Wan
(qui est aussi réalisateur).
Ciné Phil (policier ; 23/03/2005)