Après deux ans passés dans la prison du New Jersey, Danny
Ocean (George Clooney) retrouve la liberté et s'apprête à monter
un coup qui semble impossible à réaliser : cambrioler dans le
même temps les casinos Bellagio, Mirage et MGM Grand, avec
une jolie somme de 150 millions de dollars à la clé. Pour ce faire,
il retrouve son ami Rusty Ryan (Brad Pitt), qui va l'aider à
recruter une équipe de dix malfrats maîtres dans leur spécialité. Il
souhaite également récupérer Tess (Julia Roberts), son ex-femme,
que lui a "volée" Terry Benedict (Andy Garcia), le propriétaire de
ces trois somptueux établissements de jeux de Las Vegas.

Raconter l'organisation et le déroulement d'un casse n'est pas
nouveau au cinéma. Mais ici Soderbergh le place à Las Vegas,
où il profite du lieu pour l'esthétiser le mieux possible. Il s'entoure
en plus d'une bande de "potes", dont des stars indiscutés d'hier
(Elliott Gould, Don Cheadle, Carl Reiner...) et d'aujourd'hui
(George Clooney, Brad Pitt, etc. Et Julia Roberts). Il ne reste plus
qu'à faire en sorte que le spectateur se divertisse un "max" sans
trop se rendre compte du caractère vain et peu vraisemblable de
toute cette histoire. Là chapeau ! Soderbergh atteint parfaitement
son objectif. Le début certes est un peu lent, mais ensuite on
prend goût, puis on en redemande.

On peut aussi trouver dans ce film une vision ironique de Las
Vegas, faux paradis, créant l'illusion un instant, mais l'amertume
toute sa vie. Justement on y voit un casino détruit à la dynamite
et une coupure de courant. Il suffirait de pas grand chose pour
que cet univers de pacotille ne disparaisse sous nos yeux. Mais
justement c'est un film apparent. Mais pas un grand film.

kader