Nick est en chômage forcé à cause d'une bavure commise lors d'une
poursuite d'un suspect : une femme enceinte a pris une balle qui l'a
obligée à faire une fausse couche. Mais voilà que 18 mois plus tard,
on lui propose de réintégrer la police. En effet, l'enquête sur le meurtre
de l'officier Calvess n'a pas avancé. On demande à Nick de reprendre
l'enquête en main, car il a l'expérience des enquêtes concernant le
milieu de la drogue. De plus l'officier Calvess était comme lui avant de
se faire abattre : il était infiltré. Nick travaillera avec Oak, le flic
partenaire de Calvess avant le meurtre. Oak n'a qu'une idée en tête :
retrouver l'assassin pour lui faire la peau...
Polar urbain bien interprété et bien filmé. En effet, la mise en scène,
qui n'évite pas toujours les effets, est de haute facture. Le réalisateur
veut nous faire plonger, avec les deux flics, dans l'atmosphère glauque
que sont les enquêtes concernant les stupéfiants. De plus les deux
personnages principaux sont d'une complexité rare. Ray Liotta, flic
désabusé et violent à la gachette facile, est fascinant. Quant à Jason
Patric, il trouve ici son meilleur rôle, celui d'un flic qui avait plongé
dans la drogue, qui s'en est sorti, mais qui ne cesse d'être hanté par
ses traumatismes passés. L'histoire en elle-même est un peu classique,
l'atmosphère rappelant les polars des années 70 ("Serpico" ou
"French connection" par exemple). Heureusement la mise en scène
nerveuse et l'interprétation sans faille (surtout Jason Patric)
transcendent le tout. La fin du film est peut-être le véritable point faible
: au moment où éclate la vérité, on n'est pas réellement surpris, et le
réalisme en prend un coup. Mais ne boudons pas notre plaisir :
"Narc" parvient à rehausser le niveau des polars sortis ces dernières
années. Ce qui est déjà beaucoup.
Ciné Phil (policier atmosphérique ; 23/11/2004)