En 1815, à leur arrivée sur l'île d'Elbe où est emprisonné Napoléon Bonaparte, les marins
Edmond Dantès et Fernand Mondego, deux proches amis, cherchent de l'aide pour leur
capitaine blessé. Edmond rêve d'épouser Mercedès, sa bien-aimée. Mais Fernand, qui a
les mêmes ambitions que lui, n'hésite pas à l'accuser de contribuer à l'évasion de
l'empereur. Le préfet de police Villefort arrête aussitôt Edmond.

Purgeant une peine de prison de seize ans au sinistre Château d'If, ce dernier abandonne
progressivement toute foi en la vie et la justice. Il fait par la suite la connaissance d'un
autre condamné, le vieil abbé Faria, qui se prend d'amitié pour lui et lui révèle l'existence
d'un fabuleux trésor. C'est cet extraordinaire butin qui va permettre à Edmond d'assouvir
sa vengeance contre Fernand, Villefort et Mercedès, qui l'a trop rapidement abandonné
pour épouser son pire ennemi.

Malgré un effort certain de reconstitution, et une liberté par rapport à l'histoire originelle,
le film souffre de ses nombreux raccourcis, qui, à force d'accumulations, ne rendent
plus le récit crédible. Les acteurs ne sont pas en reste : ils sont caricaturaux au possible.
Et les combats à l'épée ne rivalisent même pas avec le "Zorro" de Disney. L'apparition
de Richard Harris est certes sympathique, mais ne sauve pas le film de sa (prévisible ?)
médiocrité. On peut se demander à juste titre s'il est vraiment nécessaire qu'Hollywood
aille fouiller dans un patrimoine culturel qui n'est pas le sien pour en arriver à des
résultats pareils. Ou alors qu'ils cessent de métamorphoser l'histoire d'origine en film
américain politiquement correct.

kader