Riddick, après s'être réfugié sur une planète pour se cacher des
chasseurs de primes, est retrouvé. Il réussit à s'enfuir et retrouver
l'un des personnages qu'il avait sauvé (voir "Pitch black"), qui est
maintenant marié et a une fille, Ziza. Or une invasion menace. Les
necrommongers, avec à leur tête Marshal, un dictateur assoiffé de
pouvoir, fait le tour de la galaxie pour mettre à genoux tous les
gouvernements existants, afin qu'ils lui obéissent. S'ils refusent, il
les fait systématiquement détruire. Or quand il se retrouve face à
face avec Riddick, Marshal comprend vite qu'il a trouvé un
adversaire physiquement fort, malin et impossible à manipuler...

Si vous pouvez voir ou revoir "Pitch black" avant d'aller voir la
suite, "les chroniques de Riddick", cela vous aidera à être à l'aise
dès le début du film, puisque sa suite reprend l'histoire 5 ans après
"Pitch black". David Twohy est connu pour ses nombreuses séries
B avec peu de budget, mais très efficaces ("the arrival" ; "Abîmes"
et bien sûr "Pitch black"). Ici il bénéficie d'un budget confortable
et veut surfer sur la réussite de la star Vin Diesel, qui est devenu
célèbre grâce à 2 énormes succès, "Fast & Furious" (le 1er) et
"XXX", deux films d'action de Rob Cohen. Pour ma part, j'aime
beaucoup David Twohy, et ses "chroniques de Riddick" ne m'ont
pas déçu. Les décors et les costumes sont somptueux, mais
n'étouffent jamais l'histoire. Et une nouvelle fois, le charisme de Vin
Diesel est impressionnant. Grâce à sa présence, on prend
beaucoup de plaisir à ce grand film de science fiction, où l'on ne
s'ennuie pas une seule seconde. Et puis, c'est le fort des séries B, il
se cache dans le film un message politique qui pourrait bien en
embêter plus d'un, puisqu'on y voit un dictateur prêt à tout pour
mettre la galaxie à ses pieds, s'ils acceptent de se faire lobotomiser.
Sinon il sont anéantis. Même les luttes internes au pouvoir en place
ne sont pas oubliées. Et le personnage de Riddick, un homme qui
ne cesse de chercher à vivre libre et indépendant de tout système,
dérange. Donc nouvelle brillante réussite de David Twohy.
Malheureusement, le film fut un demi-succès aux USA, alors qu'il
était prévu de faire de ces "chroniques" une trilogie. Espérons que
Twohy aille au bout de son projet.
Ciné Phil (fantastique ; 19/08/2004)