Suite à un dérèglement climatique dû aux gaz à effets de
serre qui ont perturbé la couche d'ozone, la température des
océans se met subitement à baisser et l'eau finit par envahir
les grandes villes à cause des incessantes intempéries.
Toutes les populations du nord sont obligées d'émigrer au
sud. Jack Hall, un climatologue spécialiste des changements
de température, avait prédit ces événements, mais il ne
pensait pas qu'ils auraient lieu si tôt. Alors qu'il tente
désespérément de prévenir les autorités, son fils se trouve à
New York, où une énorme inondation se prépare...

Médiocre film-catastrophe, à cause d'une mise en scène
poussive, et un jeu d'acteurs trop superficiel pour emporter
l'adhésion. On ne peut pas s'appuyer seulement sur les
effets spéciaux pour construire une telle histoire, qui aurait
pu donner quelque chose de mieux. Certes un passage ou
deux arrivent à nous réveiller de notre léthargie : les
américains qui émigrent au sud rentrent illégalement au
Mexique, qui décide de verrouiller ses frontières, pour éviter
d'être envahi par les nombreux réfugiés. Grâce à des
négociations, le Mexique ouvre ses frontières aux réfugiés,
qui se trouvent obligés de dormir dans des tentes ou des
abris de fortune, nourris par des associations humanitaires.
Joli clin d'oeil. Mais insuffisant pour garder notre attention
sur ce long film (2 h, où les péripéties ne sont même pas
intéressantes). On reconnaîtra le sympathique Dennis Quaid
dans le rôle du climatologue (on se souvient de sa
formidable prestation dans "Loin du paradis" de Todd
Haynes, où il interprétait le mari de Julianne Moore) et Jake
Gyllenhaal dans le rôle de son fils (il jouait avec conviction
un adolescent mal dans sa peau dans le film fantastique
"Donnie Darko" de Richard Kelly).
Ciné Phil (film-catastrophe/fantastique ; 26/05/2004)