Harry Potter quitte ses parents adoptifs et se prépare à
retourner à Poudlard. Mais un certain Sirius Black s'est
évadé de prison et veut retrouver Harry Potter. Alors
qu'Harry se retrouve obligé de rester à Poudlard, il devra
faire face à son passé...

Ces nouvelles aventures d'Harry Potter, sur le plan
visuel, dépassent largement les deux précédents opus.
En effet, ce n'est plus le piètre Chris Columbus qui est
aux commandes mais le mexicain Alfonso Cuaron, et sa
mise en scène est brillante. Concernant l'intrigue en
revanche, je reste toujours sceptique. On voit qu'il est
difficile de ne pas tomber dans les redites (on a encore
droit au match de Quidditch) sans être répétitif. Je n'ai lu
aucun livre d'Harry Potter, mais tout cela me semble
bien superficiel. Reste tout de même le dernier quart
d'heure qui surprend... et encore, quand on y réfléchit
ensuite, on a plutôt l'impression que tout cela n'a ni
queue, ni tête. Le summum vient quand on arrive à ce
qui ressemble au dénouement de l'intrigue. Là tout
s'emballe et se mélange, jusqu'à se demander si les
enfants de moins de 10 ans y comprendront finalement
quelque chose. On aura droit à deux ou trois révélations,
et même à une suite, puisque l'histoire laisse un goût
(commercial) d'inachevé. Non, je ne suis pas fan d'Harry
Potter, mais il faut dire que je n'ai plus l'âge. Il m'en faut
davantage pour me surprendre et me divertir. Pour les
cinéphiles, vous reconnaîtrez David Thewlis dans le rôle
de Lupin, un professeur qui arrive à faire ressortir les
peurs les plus profondes qui se cachent en nous (cet
acteur britannique jouait un SDF dans le fameux
"Naked" de Mike Leigh). Vous reconnaîtrez aussi Emma
Thompson, qui enseigne à ses élèves la voyance dans
les cartes et les boules de cristal. Sans oublier Gary
Oldman, pathétique Sirius Black.
Ciné Phil (fantastique ; 06/06/2004)