O est un tueur professionnel solitaire. Il est
réputé être le meilleur. Personne ne connaît
son visage. Il limite au minimum ses contacts
avec le monde extérieur. Tok, lui, est un
tueur à gages extraverti. Il transforme les
meurtres qu'il commet en véritables
spectacles. Il aime son métier. Son seul but :
devenir le meilleur. Son unique obstacle : O.
Le seul moyen : affronter O et mettre fin à
son existence. Mais Tok doit d'abord
débusquer O. C'est une jeune femme, Chin,
qui réunira les deux hommes...

Intéressant. Deux tueurs ayant deux visions
très différentes de la manière de remplir leur
contrat. L'un discret, presque invisible, très
professionnel. L'autre voyant, peu discret, qui
en fait toujours un peu trop. Ils se font
concurrence d'abord, puis ils vont s'affronter.
Les scènes de tuerie ne semblent pas
particulièrement originales. Mais chacun a
ses références ("Point break" de Kathryn
Bigelow, "le samouraï" de Melville, etc.). Ce
film ressemble un peu à un film asiatique fait
pour l'exportation. Deux scènes marquantes :
la rencontre entre O et son concurrent Tok.
Ils se parlent comme s'ils avaient été toujours
amis. Pourtant c'est O qui semble mal à l'aise,
car il a du mal à trouver ses mots. 2e scène :
O tue une personne dans une gare. L'une des
personnes présentes reconnaît O, car ils
étaient dans la même classe à l'école. O le
regarde et dit qu'il ne le reconnaît pas.
Pourtant, plus tard, on voit O prendre une
photo de classe où il se voit avec celui qui
l'avait reconnu. Si c'est un film sur les tueurs,
c'est aussi un film sur la solitude. A la fin on a
droit à deux possibilités. Une manière de dire
au spectateur que là n'est pas le plus
important.
Kader(06/01/03)