Le dimanche 30 janvier 1972, à Derry, en Irlande du Nord, Ivan Cooper est
l'organisateur d'une marche pacifique pour l'égalité des droits entre
catholiques et protestants, farouchement déterminés à éviter toute violence
entre les différents protagonistes. Mais malgré son dialogue avec les
autorités unionistes et ses tentatives de négociation avec les forces de l'ordre
britanniques, la manifestation se transforme en émeute : treize personnes
sont tuées par l'armée. Cette journée, désormais inscrite dans l'Histoire sous
le nom de Bloody Sunday, marque le début de la guerre civile...

Bravo à Paul Greengrass pour son travail minutieux de la reconstitution d'un
évènement qui n'est pas encore digéré par tous. Et en effet on s'y croirait.
C'est la crédibilité ici qui est recherchée. Et l'on suit donc nos personnages
dans le cheminement du drame qui va se nouer. Et l'on nous montre donc
d'un côté l'organisation de la manifestation qui veut être pacifique, et de
l'autre les militaires, dont certains sont "sur les dents". Le résultat est à la
hauteur. Et à la fin du film l'émotion est là. Puis ensuite on peut prendre
conscience du caractère universel du message : sans dialogue pas de paix.
La logique de la violence contre la logique de paix, voilà à quoi nous
sommes tous les jours confrontés. Que certains pays en conflit puissent en
prendre de la graine !
Kader (12/11/2)