Habitant avec une mère hyper-possessive et mourante, Willard
a raté sa vie. De plus son patron aimerait bien le virer mais il ne
peut pas pour des raisons familiales. C'est alors que Willard va
adopter une souris qu'il a trouvée dans la cave de sa maison. Il
la surnomme Socrate. Mais un gros rat, que Willard a
surnommé Ben, veut aussi un peu d'affection. Tout bascule
quand arrive la mort de la mère de Willard et la mort de
Socrate. Willard veut se venger de son patron, mais Ben se
méfie de Willard...
Voilà une bonne série B très efficace, due en grande partie à
l'idée d'utiliser des centaines de rats (et quelques souris) et les
rendre tueuses. On n'a pas trop l'habitude. Mais tout tourne au
niveau de l'ambiance très glauque et tragique, et surtout de
l'acteur principal, Crispin Glover (vu dans "Retour vers le
futur" et "Charlie's angels" 1 et 2), avec son visage squelettique
(qui peut rappeler le visage de Nosferatu dans le film de
Murnau). Il joue suffisamment bien l'hystérie pour qu'on y croit.
Son destin nous fait plutôt ressentir de la compassion : sa mère,
vieille et malade, n'arrête pas de le harceler et le rabaisser, alors
qu'il ne cesse de s'occuper d'elle ; son patron, un brin sadique,
n'arrête pas de faire remarquer à Willard qu'il n'a rien à faire
dans ses bureaux. Les rats apparaissent pour notre héros
comme une planche de salut, car il n'a aucun ami et est
recroquevillé sur lui-même. La relation rats/Willard se passe très
bien, sauf que Ben est jaloux de voir Socrate recevoir toute
l'affection de Willard. Quand la folie meurtrière s'empare de
Willard, et qu'il utilise les rats pour sa vengeance, le spectateur
est pris d'un réel malaise. La mise en scène parvient à rendre
l'atmosphère étouffante quand une centaine de rats envahissent
l'écran. Alors on comprend assez vite que la situation de
Willard empire et que rien ne pourra le sauver. Pourtant
intervient la belle Cathryn (Laura Elena Harring, l'une des deux
héroïnes de "Mulholland drive" de Lynch, qui, ici, joue le rôle
d'une nouvelle employée qui a son bureau en face de celui de
Willard), qui espère apporter un peu d'amour à la vie du pauvre
Willard. Mais elle arrive trop tard. Car Ben, le gros rat, se met à
son tour à harceler Willard... Un film donc qui sort un peu de
l'ordinaire et qui vaut le détour. A signaler que ce film est un
remake d'un film de 1971.
Ciné Phil (fantastique ; 14/07/2004)